29/03/2015

Disparition du père fondateur de Singapour

Laissez-nous un petit mot
Cet après-midi ont eu lieu les funérailles du père fondateur de Singapour, Lee Kuan Yew, décédé lundi dernier à l’âge de 91 ans. 


Lundi matin l’annonce du décès de Lee Kuan Yew a plongé le pays dans une grande tristesse et une semaine de deuil national a été décrétée. Lee Kuan Yew fut en effet le premier Premier Ministre de Singapour de 1959 à 1990, et ministre mentor jusqu’en 2011. Convaincu de l’importance pour Singapour d’être rattaché à la Malaisie voisine, il fut ébranlé lorsque la Malaisie décida de se séparer de Singapour le 9 août 1965. 

Mais un mois après cette indépendance forcée, il montra son désir de faire face en déclarant à propos de Singapour :
"Over 100 years ago, this was a mudflat, swamp. Today, this is a modern city. Ten years from now, this will be a metropolis. Never fear."

Cinquante ans plus tard, on peut dire qu’il a tenu sa promesse ! Voici une vidéo qui résume certaines de ses actions :




Quand j’ai demandé à mes collègues ce qu’ils ressentaient, j’ai eu toujours le même retour : beaucoup de gratitude pour Lee Kuan Yew. Même si certaines de ses actions sont discutables : emprisonnement de certains opposants sans procès, contrôle de la presse (en 2014, Singapour est classée 150 sur 180 concernant la liberte de la presse), etc, ils sont tous d’accord pour dire que sans Lee Kuan Yew, Singapour n’aurait pas été la grande nation qu’elle est aujourd’hui.

A partir de mercredi, les singapouriens ont pu aller lui rendre un dernier hommage au Parlement. Nous avons voulu y aller, mais le nombre de singapouriens venant se recueillir devant son cercueil  à complètement explosé, et pendant quatre jours les gens ont fait la queue pendant 8 heures, même au milieu de la nuit.


Update sur le site Internet RememberingLeeKuanYew

Les kilomètres de queue pour accéder au Parlement

Souhaitant tout de même participer à ce moment historique de Singapour, nous avons décidé d’assister aujourd’hui au transfert du cercueil du Parlement a l’Université ou avait lieu la dernière cérémonie avant la crémation. 

La tristesse de Singapour s’est exprimée jusque dans les trombes d’eau qui se sont mises à tomber lorsque la procession est sortie du Parlement.

Après un moment d’hésitation, nous avons rejoint les singapouriens massés sous leurs parapluies à Outram Park. Au passage du cercueil, les singapouriens ont scandé « Lee Kuan Yew, Lee Kuan Yew » en agitant des drapeaux singapouriens. Ce fut un moment court mais émouvant de notre vie singapourienne.

De retour à la maison, nous avons assisté à la retransmission de la cérémonie démarrant par le discours de l’actuel Premier Ministre, Lee Hsien Loong, qui est aussi le fils ainé de Lee Kuan Yew.

Voici deux extraits de son discours :
"This has been a dark week for Singapore. The light that has guided us all these years has been extinguished. We have lost our founding father Mr Lee Kuan Yew, who lived and breathed Singapore all his life. He and his team led our pioneer generation to create this island nation, Singapore."
"[Lee Kuan Yew believed that] Singapore would not be based on race, language or religion, but on fundamental values – multi-racialism, equality, meritocracy, integrity and rule of law. Mr Lee declared: "This is not a country that belongs to any single community; it belongs to all of us.""

Le discours du second fils de Lee Kuan Yew fut également très émouvant. Contrairement à Lee Hsien Loong il parlait vraiment de "Papa" :
"We are humbled that so many have come forward to demonstrate your affection for, respect of and gratitude to - my extraordinary father, a father we share - with Singapore. Farewell Papa."

Il s’est ensuivi d’une minute de silence qui a été annoncée par les sirènes dans toute l’ile. Puis l’assemblée a récite le « Singapore National Pledge » et chanté l’Hymne National.
Triste coïncidence : la disparition du père fondateur de Singapour arrive l’année du 50ème anniversaire de Singapour qui sera fêté le 9 août prochain. 

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une question ? Un coup de coeur ? C'est à votre tour d’écrire !