29/12/2013

Cambodge 5 - Beng Melea

Laissez-nous un petit mot
Aujourd'hui, notre tour devait comporter le fameux Beng Melea à 60 km de Siem Reap et la visite du village de pêcheurs de Kampong Pluck. Ayant vu sur Internet que cette dernière activité était éventuellement une arnaque (15 USD  supplémentaires par personne pour prendre un bateau + les habitants qui ne sont pas très accueillants car lassés par les touristes), nous demandons à notre guesthouse de changer les plans et nous faire voir quelque chose de gratuit et sans touristes mais sans utiliser notre pass Angkor qui est de 3 jours et dont on n'a pas besoin pour voir Beng Melea (pour lequel il faut payer un autre pass à 5 USD). Le proprio de la guesthouse nous propose alors de coupler la visite de Beng Melea avec un autre temple Chau Srey Vibol. En plus, comme notre chauffeur habituel ne sait pas où est le temple, c'est lui qui sera notre chauffeur aujourd"hui. On est contents car il a l'air plus bavard que notre chauffeur habituel !

Nous partons donc vers 10h du matin pour Chau Srey Vibol. En chemin, notre chauffeur de tuk-tuk nous indique qu'il va prendre un raccourci qu'il n'a jamais pris avec "les touristes". On prend alors une route poussiéreuse et cabossée qui nous fait traverser des zones d'habitations en bois. 



Tous les enfants nous font coucou en passant, ce qui en fait une balade très sympa ! Notre chauffeur nous fait des commentaires sur les paysages que l'on traverse, tantôt des plantations de manguiers, tantôt des champs secs qui appartiennent à un membre du gouvernement cambodgien. Il nous raconte qu'avant, à la place des champs il y avait la forêt, mais l'Etat a tout fait couper sous prétexte de construire à la place des maisons toutes neuves aux gens victimes des atrocités de la guerre civile. Sauf que le coin est perdu sans eau ni électricité, et que les gens installés dans leurs maisons n'avaient rien à faire, donc l'Etat leur a racheté leur maison pour exploiter le terrain en cultivant la pomme de terre pour l'exporter aux pays voisins...

Arrivés au temple, nous sommes seuls sur le site (modulo un ermite bizarre qui semble vivre dans une cabane à côté du temple et qui nous suit partout). C'est sympa, mais il y a un gros bâtiment bouddhiste moderne juste à côté ce qui casse un peu le charme.


Chau Srey Vibol



Direction ensuite Beng Melea pour y être sur l'heure du midi où il y a moins de monde. Notre chauffeur nous laisse à une entrée où il y a zéro touriste et nous profitons donc de l'allée poussiéreuse puis en pierres (en ruine) qui mène au temple. Celui-ci a l'air vraiment perdu dans la jungle. 


L'allée de pierres
Notre aperçu de la première enceinte (cherchez Chaton !)

Nous escaladons une première enceinte de blocs pèle-mêle pour voir si l'on peut passer de l'autre côté, mais on est bloqués. On fait alors le tour de l'enceinte pour trouver une entrée plus conventionnelle. On se retrouve avec un flot de touristes qui suivent des petits pontons en bois pour parcourir le temple. Dès que l'on sort un peu des pontons, on est seuls et on grimpe encore un peu sur les amas de pierres.


La nature a repris ses droits !
Les arbres ont tissé une toile d'araignée sur les pierres
On monte sur la voûte tout là haut ?
Bravo Chaton !


Ce temple est vraiment très chouette et vaut le trajet des 60 km ! 

Solution de "cherchez Chaton"

Il est déjà 15h et on n'a pas vu le temps passer, alors on mange un morceau à la gargote pères du temple et on rentre à Siem Reap ! Pour notre dernière soirée, nous retournons à Pub Street. Le Lonely Planet recommande Temple Club, un bar où il y a un show gratuit d'apsaras (ces danseuses souvent représentées dans les bas-reliefs des temples). La nourriture est bonne quoi qu'un peu chère, et le show assez sympa ! Il y a des danses traditionnelles et des mises en scène de légendes hindoues.


Les Apsaras

Demain, nous finirons par les Roluos, les premiers temples construits à Angkor, et Ta Prohm que la guesthouse nous avait conseillé de réserver pour la fin !




0 commentaires:

Publier un commentaire

Une question ? Un coup de coeur ? C'est à votre tour d’écrire !