04/02/2015

Thaipusam 2015

Laissez-nous un petit mot
Hier, le 3 février 2015, c’était Thaipusam ! Nous y sommes allés sans trop savoir ce que c'est... à part que c'est une fête indienne pendant laquelle des indiens font un pèlerinage entre deux temples en portant sur leurs épaules des structures de fer et desquelles sortent de longues aiguilles plantées dans leur dos et leur ventre façon acupuncture.

La suite en images :


Sur Serangoon Road





Intrigues on s'est renseignés sur cette fête :

- Que veut dire Thaipusam ?
Le mot Thaipusam vient de "thai" qui est le 10ème mois du calendrier tamoul, et "pusam" qui signifie "quand la lune est la plus brillante". Donc c'est une fête célébrée lors de la pleine lune pendant le 10ème mois du calendrier tamoul (généralement entre janvier et février). Cette fête est dédiée à Lord Murugan (appelé aussi Skanda ou Subrâhmanya), le dieu de la guerre, et le plus jeune fils du dieu Shiva et de sa femme Parvati. Thaipusam célèbre le jour où Parvati a donné à Murugan une lance pour qu'il puisse vaincre le démon Surapadman. 

- Combien sont-ils à faire ce pèlerinage ?
Cette année, plus de 200 indiens (des tamouls) ont fait la procession du Sri Srinivasa Perumal Temple a Little India jusqu'au Sri Thendayuthapani Temple 4 kilomètres plus loin. Et cela tout au long de la journée du 3, de minuit à 22h. 

- Mais cela pèse combien ces structures ?
On appelle ces structures de fer des kavadis. Elles peuvent peser 40 kilos et mesurer jusqu’à 4 mètres de haut. Le terme "kavadi" qui signifie "le sacrifice à chaque pas". Ceux qui sont sélectionnés pour les porter doivent observer une période de prière d'un mois pendant laquelle ils ne mangent que certains aliments "purs" (sattvic) censés clarifier leur esprit et leur donner la force physique dont ils ont besoin.


Un kavadi illuminé
- Pourquoi font-ils cela ?
En faisant leur pèlerinage, les porteurs de kavadis portent leur fardeau pour implorer l'aide de Murugan à les préserver d'un malheur, et recevoir sa bénédiction. 





- Ce n'est pas un peu gore de se promener comme ça avec des aiguilles partout ?
Il n'y a pas de sang. On ne va pas dire qu'ils ont l'air heureux de porter le kavadi, mais la procession se fait au milieu des danses et des chants de groupes d'indiens. Souvent les membres de leur famille soutiennent moralement le porteur. Certains s’arrêtent porteurs s'arrêtent aussi pour danser. Du coup, les plumes de leur kavadi, qui sont mobiles, dansent au-dessus de leur tête. Cela donne du coup une ambiance un peu festive, même si on voit que certains souffrent vraiment...
La célébration de cette fête est cependant interdite en Inde et n'est célébrée qu'en Malaisie et à Singapour. En Malaisie, la procession la plus impressionnante est celle qui va de Kuala Lumpur aux Batu Caves, 15 kilomètres plus loin et réunit . 




0 commentaires:

Publier un commentaire

Une question ? Un coup de coeur ? C'est à votre tour d’écrire !