02/08/2015

Trois jours à Taipei

Laissez-nous un petit mot

Welcome to Taipei ! Un weekend de trois jours, une folle envie d’aller à la source de Din Tai Fung (un de nos restos préférés à Singapour), une petite promo JetStar, et nous voilà dans la capitale de Taiwan !

Notre vendredi commence par les 4 heures de vol nécessaires pour faire Singapour - Taipei. Une petite heure de bus plus tard après l’atterrissage, et nous voilà à notre hôtel, Good 9 Stay Inn, au centre du quartier de Ximending, le quartier super animé de Taipei où des hordes de taiwanais se massent pour faire du shopping au milieu des boutiques et des cafés. Cela tombe bien car nous mourrons de faim. Nous testons alors les noodles de Ah Chung Noodle Soup. C’est un comptoir dans une petite rue avec quelques tabourets devant, mais la queue en dit long sur le succès du seul plat servi : une soupe de noodles aux intestins de porc. Bizarrement, le serveur me demande si ça ne me dérange pas d’avoir du persil sur ma soupe… comment dire, ce n’est pas le persil ce qui nous dérange ici ! Pas mal cette petite soupe, Alex teste l’intestin mais juste une fois parce que c’est quand même un peu bizarre… Maintenant on a soif et on teste le fameux Bubble tea dont les taiwanais raffolent, thé froid aromatisé et contenant des petites boules de tapioca colorées qui font bien mastiquer.

Les noodles aux intestins

Ximending

Direction ensuite Dihua Street, une rue typique bordée de bâtiments coloniaux. Comme la rue est un peu plus au nord, nous nous y rendons en vélo ! En effet, Taipei est équipée de bornes à vélos en libre-service ! Il suffit d’avoir sa carte de métro Easycard et un numéro de téléphone taiwanais (grâce à une prépayée prise à l’aéroport), et on peut se servir des vélos pour presque rien ! Autant vous dire qu’on en a bien profité. Sur Dihua Street, nous nous arrêtons dans un petit temple typique Hsiahsi et y dégustons un Blessed tea (thé offert dans le temple et qui a des vertus pour aider les femmes à trouver un mari), avant de nous diriger encore plus au nord vers le Temple de et le Temple de Confucius, tous deux colorés et superbes !






Dans l’excitation, j’oublie mon sac en toile dans le panier de mon vélo et l’instant de trois minutes il disparait, nous privant de crème solaire, de parapluie, des lunettes de soleil d’Alex, et de mon imprimé de 12 pages sur l’histoire de Taiwan :( On oublie trop vite que l’on n’est pas à Singapour… mais bon il n’y avait rien de vital ! Il est déjà 17h30 et nous nous rendons au Memorial Chiang Kai-shek, place immense au milieu de laquelle un bâtiment au toit bleu abrite une statue géante dudit Chiang Kai-shek, militaire qui fut président de la République de Chine (à ne pas confondre avec la République Populaire de Chine). Nous assistons à la cérémonie quotidienne de la descente du drapeau taiwanais, et admirons les officiers et leur marche saccadée.

Memorial Chiang Kai-shek

[Minute histoire] Selon Wikipedia, ce sont les marins portugais qui repèrent les premiers Taiwan au XVIème siècle et lui donnent le nom de Formose ("Quelle belle île !" formosa = belle). Au XVIIIème siècle, les hollandais débarquent pour christianiser la population et font venir des paysans de Chine continentale pour cultiver les terres. Ils sont chassés en 1662 par un dénommé Koxinga qui veut faire de Taiwan sa base arrière pour chasser les Mandchous de Chine. Mais en 1683, les Mandchous prennent le contrôle de l’île. La guerre sino-japonaise se termine en 1895 avec la cession de Taiwan au Japon. Cependant, les taiwanais tentent de résister au Japon qui initie alors une politique d’assimilation sociale et culturelle sur l’île.
Suite à sa défaite lors de la Seconde Guerre Mondiale, en 1945, le Japon remet Taiwan à l’ONU. A ce moment, il y a en Chine continentale les communistes d'un côté et les nationalistes du parti Kuomintang de l'autre. Les Etats-Unis appuient la reprise du contrôle de l’île par les troupes du Kuomintang pour lutter contre l'expansion du communisme dans un contexte de guerre froide. Mais en 1949, les nationalistes du Kuomintang fuient le continent et la création de la République Populaire de Chine par le Parti Communiste chinois, aujourd'hui encore au pouvoir. Deux millions de chinois viennent alors s’établir à Taiwan, dirigés par Chiang Kai-shek, déclaré chef de la République de Chine (pas la Populaire donc) et qui contrôle Taiwan d’une main de fer. En gros, on a d’un côté la République Populaire de Chine qui considère que Taiwan est une province de la Chine, et de l’autre la République de Chine qui considère que la Chine est une province de Taiwan…
En 1971, l'ONU ne voulant reconnaître qu'une seule Chine, et devant le refus de Chiang Kai-shek de reconnaître l'existence de la Chine Populaire, les membres de l’ONU votent que les représentants de la Chine seront ceux de la République Populaire de Chine, et expulsent alors les représentants de Chiang Kai-shek de l’ONU où ils siégeaient en premier lieu. L'ONU vote également la non reconnaissance de la République de Chine.
Même si les relations diplomatiques se sont améliorées, la République Populaire de Chine a toujours exigé la reconnaissance du principe d'« une seule Chine »  au préalable de toute relation diplomatique avec les autres pays du monde. Aujourd'hui c'est un peu un statu quo, Taiwan n'a de son côté jamais déclaré son indépendance...


C’est (encore) l’heure de manger, et comme par hasard, nous sommes à quelques pâtés de maisons de Din Tai Fung, le restaurant original qui a donné naissance à la chaine chez laquelle nous aimons beaucoup manger à Singapour. Là encore, la queue est longue et défie tous les records : 70 minutes ! Pas de souci, la serveuse super gentille nous invite à aller faire un tour dans la rue adjacente presque piétonne et très sympa. Après cette petite balade qui nous met en appétit, nous savourons les délicieux dumplings (xiao long baos) à la truffe, au porc, les pains aux légumes (steamed buns), encore meilleurs qu’à Singapour !
Et en dessert, nous dégustons dans la rue un succulent Mango Snowflake repéré lors de notre balade pré-diner. Ce sont des morceaux de mangue avec beaucoup de goût, sur un lit de glace, ou devrait-on dire, de flocons de neige, avec une boule de sorbet mangue au-dessus.


Les xiao long baos de Din Tai Fung

Le lendemain, nous partons aux sources chaudes de Beitou à 40 minutes du centre de Taipei. L’Ile de Taiwan est en effet parsemée de sources naturelles d’eau chaude d’origine volcanique, réputées excellentes pour la santé. Celles de Beitou sont uniques en leur genre. Evitant les spas touristiques, nous décidons d’aller aux bains publics pour une poignée de dollars. On y trouve quatre bassins en plein air : un de 38 à 40°C, un de 40 à 43°C, un de 43 à 45°C, et un froid. Il faut les tester progressivement. Arrivés à celui de 45°C, des petits papis locaux nous donnent des conseils pour rentrer dans l’eau, car celle-ci est vraiment super chaude ! Cela fait du bien, même si on n’y reste pas plus de 2 minutes. Nous y faisons connaissance avec un papi taiwanais qui a étudié à la Sorbonne !

Les bains publics de Beitou, de gauche à droite : 38°C facile, 40°C moyen, 45°C rouge écrevisse 

Pour déjeuner, nous restons dans le thème des sources chaudes, en allant manger des ramen, soupes japonaises, qui ici sont faites avec l’eau des sources. L’endroit ne paye pas de mine et nous sommes de nouveaux les seuls occidentaux, mais en tout cas c’est rudement bon ! Nous goûtons aussi un oeuf cuit dans la source chaude !

Là où on mange les ramen, pas de nom à donner, c'est en chinois !
L'oeuf mi-cuit à l'algue verte, une tuerie

Après manger nous marchons jusqu’à la vallée thermale de Beitou où l’eau est à 100°C. Cela sent fort le soufre, et bien sûr on ne s’y baigne pas !

Ça fume !

De retour à la vie urbaine, nous partons à l’assaut de la tour Taipei 101, qui domine la ville, et est aujourd’hui la 4ème plus haute tour du monde. Il faut la mériter mais la vue en haut est très belle et nous admirons le coucher du soleil.

Taipei 101



On a encore faim et nous sommes « en retard » pour voir le soleil se coucher depuis la petite montagne que j’avais prévu de grimper, Elephant Mountain. Donc on prend un Din Tai Fung à emporter en bas de la tour (90 minutes d’attente pour manger aux tables vs 15 minutes à emporter), et on part sur nos petits vélos rejoindre le début de la montée pour faire un pique-nique en haut de la montagne ! C’est une montée avec que des escaliers, et malgré le fait qu’il fasse nuit, il y a pas mal de monde. Arrivés en haut la vue vaut le coup et nous faisons un festin de Din Tai Fung avec une belle vue sur la Taipei 101.



Nous redescendons vers 21h et prenons alors le temps de passer au Longshan Temple, un superbe temple datant de 1738 (reconstruit en 1924), et dans un Night Market pas trop loin de notre hôtel. Des Night Markets, il y en a plein à Taipei, on y goûte de la nourriture dans de petits stands de rue. C’est un incontournable à faire ! Dans celui où nous sommes, Huaxai Night Market, il y a des spécialités culinaires à base de serpent.




Nous nous arrêtons devant un « boui boui » où il y a la queue et où tout est écrit en chinois mais avec des desserts qui ressemblent à notre Mango Snowflake. Nous décidons d’en tester un ici et passons commande en montrant du doigt le dessert d’un autre client. Les clients nous regardent en souriant. Cela fait longtemps qu’on n’a pas vu de tête occidentale, ça ne nous est pas arrivé souvent en voyage, et cela doit faire la même chose pour les gens qui nous voient. Globalement on a l’impression que les gens ici sont dix fois plus sympas qu’en Chine, plus souriants, plus prêts à nous aider et à venir nous parler spontanément.
Le dessert est excellent, la mangue à tomber ! Elle a tellement de goût par rapport à celles que l’on trouve à Singapour !

Le Mango Snowflake

Après cette journée bien complète, nous rentrons nous coucher… à vélo bien sûr.

Dimanche matin, on se lève tranquillement, direction le National Palace Museum. Celui-ci est à une trentaine de minutes en prenant métro puis bus. Il présente des trésors de la culture chinoise, qui auraient été emportés du continent à Taiwan. Quand nous y arrivons, nous sommes surpris par la foule dense de touristes chinois ! On est loin de l’atmosphère calme et feutrée habituelle des musées… Les collections sont belles et importantes, mais nous n’accrochons pas plus que ça… Il y a des meubles en bois de rose, des livres anciens calligraphiés, des chaudrons en bronze, des bijoux en jade, des coiffes en argent… Mais notre lacune en histoire de la Chine et de ses dynasties ne nous permet pas de nous approprier vraiment tout ce contenu. Une visite au musée de l’histoire de Taiwan aurait sans doute été plus bénéfique !

Le National Palace Museum

Nous redescendons en ville pour le déjeuner et retournons vers Dongmen, là où est le Din Tai Fung original, pour tester un restaurant recommandé sur Internet, James Kitchen. Mais nous arrivons trop tard pour déjeuner ! Nous nous rabattons alors sur un restaurant juste à côté de Din Tai Fung et qui fait aussi des dumplings, Kao Chi. Nous y goûtons de délicieux petits pains fris au porc, et un bœuf très tendre revenu avec de l’ail. Une découverte sympa, comme quoi il n’y a pas que Din Tai Fung pour les dumplings !


Avant de rentrer récupérer nos affaires à l’hôtel, nous passons par le dernier incontournable de la ville, le Mémorial de Sun Yat Sen, également président de la République de Chine.

Ironie du petit touriste chinois qui agite son drapeau devant celui de Taiwan

C’est l’heure de rentrer ! Le proprio de notre guesthouse nous fait monter dans un bus privé au coin de la rue en nous assurant qu’il va à l’aéroport. On lui fait confiance parce que le chauffeur ne parle pas anglais ! Heureusement il ne nous a pas trompés et on arrive bien au bon aéroport pour prendre notre vol de retour ! Bye bye Taipei ! On reviendra !

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une question ? Un coup de coeur ? C'est à votre tour d’écrire !